Collectif contre la centrale d'enrobage

à chaud dans les Corbières


ABANDON DU PROJET!!!

L'Entreprise Colas a renoncé, sans le présenter au CoDERST à son projet d'installation d'une centrale d'enrobage à chaud en bordure de la D611 entre Ferrals les Corbières et Lézignan!


Cette victoire est due aux efforts et à la détermination de toutes et tous.


MERCI

à celles et ceux qui sont allé.e.s dans les villages poser des affiches et faire signer des pétitions, au marché de Lézignan avec nos affiches et flyers, à celles et ceux qui sont intervenu.e.s auprès de leurs élu.e.s pour que soit réuni le conseil municipal, celles et ceux qui ont distribué des tracts à l'entrée des établissements scolaires, à celles et ceux qui ont répondu à notre appel à mobilisation sur la plaine, à celles et ceux qui ont rédigé des rapports, envoyé des lettres lors de l'enquête publique et auprès du préfet, à celles et ceux qui ont garanti une bonne couverture de presse pour l'ensemble de nos actions, à celles et ceux qui sont intervenu.e.s auprès de leur organisation professionnelle pour obtenir un avis défavorable sur le projet, à notre artiste pour son logo, ses dessins et caricatures, à celles et ceux qui ont fait les maquettes de nos tracts et affiches, à celles et ceux qui ont créé et mis à jour le site internet.....


Voici le texte du communiqué de presse de la préfecture de l'Aude, du 13/09/2018:

"Projet de centrale d’enrobage à chaud de la société Colas Midi-Méditerranée

La société Colas Midi-Méditerranée a déposé un projet de centrale d’enrobage à chaud et s’est engagée dans une modernisation qui vise à remplacer les deux centrales actuelles de l’Aude par une seule centrale. Après contact avec les élus concernés des communes de Ferrals les Corbières et Lézignan-Corbières, elle s’est mobilisée en ce sens.

A cette fin, une instruction réglementaire a été lancée par la DREAL. Bien que le dossier technique de par sa qualité, ses caractéristiques environnementales et le respect de la réglementation soit recevable, l’enquête publique a révélé une opposition ciblée principalement sur le choix du site.

Tenant compte des avis exprimés, tant par certains élus locaux que par les professions viticoles et touristiques et après avoir rencontré le Préfet de l’Aude le 30 août dernier, l’entreprise Colas Midi-Méditerranée a décidé de retirer le dossier qui devait être présenté devant le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST).

Par ailleurs, le Préfet a demandé au Sous-Préfet de Narbonne, en liaison avec la société Colas Midi-Méditerranée et l’ensemble des parties prenantes, de rechercher une implantation tenant compte de l’ensemble des aspects sociétaux et environnementaux."

Notre réponse:

Nous prenons acte de cette décision résultat de l'extrême mobilisation de tous les acteurs régionaux avec le soutien massif de la population.

Le choix du site était effectivement une raison importante de notre opposition au projet, mais cette raison était loin d'être la seule : la taille potentielle du projet en était une autre, ainsi que le manque total de transparence concernant l'étude objective des besoins régionaux en enrobés de bitume. La non prise en compte de la toxicité des émanations de bitume par accumulation dans l'éco-système sur de nombreuses années était également une raison importante de notre opposition.

Pour nous, il n'est pas forcément nécessaire d'envisager une nouvelle implantation. Il faut d'abord mener une étude approfondie des besoins régionaux et la mise en place d'un véritable plan de limitation de l'usage du bitume au niveau régional, en particulier en milieu urbain.

- Association-

Vous souhaitez adhérer à l'association Développement Durable en Corbières et Minervois (DDCM)

En cliquant sur les liens (passez la souris sur le texte souligné), vous pourrez accéder à la présentation synthétique de l’association,  prendre connaissance des statuts et du règlement intérieur de l’association.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous avons mené et gagné un premier combat contre l’installation de la centrale d’enrobage à chaud par la société Colas sur la plaine entre Lézignan et Ferrals. Toutes les ressources de l’association ont été complètement impliquées dans cette action.

Nous débutons donc aujourd’hui, d’abord avec le conseil d’administration, puis avec l’ensemble des membres actifs une phase de consultation et de réflexion sur l’avenir de l’association pour décider quelles actions concrètes elle pourrait entreprendre et quelles équipes prendront en charge leur organisation.

Nous nous donnons quelques mois pour mener ce travail de réflexion et vous en tiendrons informés.

Dans cette période de transition, si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire :

  • En tant que membre sympathisant (ou donateur) pour soutenir les actions de l’association, être informés et participer à certaines actions qu’elle propose, sans être activement partie prenante dans ses travaux et son organisation.
  • En tant que membre actif pour prendre part activement et régulièrement aux activités, aux travaux et à l’organisation de l’association. Vous participerez et voterez à son assemblée générale. Votre adhésion est soumise à l’agrément de son conseil d’administration.

Si vous souhaitez adhérer en tant que membre actif, merci de nous communiquer par courriel (adresse : ddcm11@lilo.org) les actions dans lesquelles vous souhaiteriez vous engager personnellement et quelle participation pratique vous envisagez de votre part.

Pour accéder au bulletin d’adhésion :  bulletin_adhésion.
À télécharger: statuts - règlement intérieur - bulletin d'adhésion

Non à l'installation de la centrale d'enrobage dans les Corbières !

     La Société Colas veut installer à l’entrée de la route des Corbières au bord de la D611 sur les communes de Lézignan et de Ferrals, une centrale d’enrobage à chaud nécessitant un approvisionnement en bitume et en grave.

     La première image que nous offrirons à tous les visiteurs et touristes se rendant par route dans les Corbières depuis l’autoroute (sortie n°25 sur l'A61), sera celle d’une centrale d’enrobage de bitume à chaud, sa cheminée, ses fumées, ses poussières, son odeur et la ronde de ses camions !!
Ceci aura des conséquences économiques catastrophiques !

  La réputation de notre vignoble, ses appellations (AOC Corbières, AOC Corbières-Boutenac, AOC Minervois...) et labels (BIO, Haute Valeur Environnementale...) seront mis en danger.

     Le développement touristique : route des vins, des châteaux du Pays Cathare et abbayes de Fontfroide et de Lagrasse … et au-delà, toute l’activité de la région sera impactée.

     Le dossier de demande d’autorisation déposé par Colas est très tendancieux et incomplet sur de nombreux points :

- Il prévoit une production cible de 100.000 tonnes d’enrobé, mais la capacité potentielle de la centrale est de 5 ou 10 fois supérieure. Comme aucune limite n’est posée, les riverains peuvent s’attendre à un niveau de nuisance qui sera multiplié par 3, voire 10 dans le futur.

- Il oublie les personnes vivant à proximité de la centrale : trois habitations, des enfants à moins de 1000m de la centrale !

- Il minimise les nuisances : mauvaises odeurs, toxicité des fumées pour les végétaux et les êtres humains.  Mais de nombreuses enquêtes, études, actions et témoignages de riverains concernés attestent du contraire, et le contrôle des nuisances par les pouvoirs publics est très insuffisant (voir le site bitumesante.org).

Dans cette situation il est légitime que nous soyons inquiets pour notre santé, celle de nos enfants et pour l’impact de ce projet sur la vigne et la qualité du vin que nous produisons.

- Le site va produire une « ronde de camions » considérable : une entrée ou une sortie sur le site de production toutes les 3 minutes 30 secondes. Et peut-être 5 ou 10 fois plus !! Le bitume arrivera de Tarragone en Espagne et la grave de Saint-Pons-de-Thomières dans l'Hérault. Et on ne sait pas combien de camions vont transiter par nos villages, souvent sans trottoirs, avec des écoles donnant sur la route !

     En conséquence, nous exigeons l’abandon immédiat et intégral de ce projet et demandons au préfet de refuser son autorisation. Nous demandons aux maires et conseils municipaux des villages concernés par l’enquête publique d’émettre un avis défavorable.

        Nous demandons au conseil communautaire de la CCRLCM de mener toutes les actions requises pour annuler ce projet !

Le dossier de Colas

- Le DDAE de Colas :  Notice technique d’activités ; étude d’impact ; étude de dangers ; hygiène et sécurité; et ses annexes.

- Mémoire de Colas en réponse à la demande de compléments émise par la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) le 28/09/2017 ;

- Mémoire de Colas en réponse à la MRAE (Mission Régionale d'Autorité Environnementale) le 29/05/2018

- Plan masse de la centrale

- avis MRAE et avis ARS (Agence Régionale de Sécurité).

Historique

Pour savoir ce qu'il s'est passé dans les anciens épisodes...

  • Découverte de l'existence d'une enquête publique alors que celle-ci avait déjà commencé...
  • Mobilisation dans l'urgence avec création de ce collectif pour pouvoir informer la population et répondre à l'enquête publique avant le 18 juillet 2018.
  • Fin de l'enquête publique le 18 juillet 2018
  • 31/07/18: Lettre ouverte envoyée aux conseillers municipaux de Lézignan pour leur demander des explications: pourquoi ont-ils donné un avis favorable à l'installation de cette centrale qui se fait contre l'avis et l'intérêt de la population.
  • 06/08/18: Le commissaire enquêteur rend un avis défavorable et sans réserves à la demande d'autorisation permanente d'exploiter une centrale d'enrobés à chaud.

    En effet, il considère que le dossier n'a "pas mesuré la réaction des viticulteurs ,et que ceux-ci vont être mobilisés par leurs syndicats et administration respectives pour se battre contre ce projet, et que l'attitude des viticulteurs ne pourra être contenue que si le projet est abandonné".



jeudi 23/08: Rencontre d'une délégation constituée de viticulteurs, de représentants de la viticulture, d'élus et de membres du collectif avec le sous-préfet.


jeudi 23/08 à 11h30: Grand rassemblement citoyen sur le site

Nous étions environ 800, citoyens, vignerons et élus, à nous retrouver sur le site prévu pour la centrale, tous unis afin de manifester notre détermination pour empêcher l'installation de la centrale à bitume dans nos Corbières.

L'article entier de l'Indépendant: independant_230818_800 "non au bitume"


Mardi 28/08: assemblée générale constitutive de l'association Développement Durable en Corbières et Minervois.




Réunion du CODERST(Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires), normalement le 20 septembre qui donnera son avis sur la demande d'exploitation de la centrale.

Le Préfet devrait se prononcer fin septembre début/octobre après avoir consulté le CODERST, et en s'appuyant sur le rapport émis par le commissaire enquêteur.

C'est un de nos prochains "COMBATS". Il faut convaincre les différents membres du CODERST de donner un avis défavorable à la centrale.

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés et compétences. Si vous pouvez joindre un(e) ou plusieurs membres du CODERST, faites-le nous savoir (mail, facebook...)

Voir la composition du CODERST.

Simultanément, il faut montrer au préfet que le commissaire enquêteur a raison dans la conclusion de son rapport: nous allons nous battre contre ce projet, et nous ne lâcherons pas tant que le projet ne sera pas abandonné!

Position des élu⋅e⋅s

La Communauté de Communes de la Région Lézignanaise Corbières et Minervois (CCRLCM) compte 54 communes. Vous les trouverez listées toutes ci-dessous.

Pour les communes qui ne se prononcent pas ou qui ne se sont pas encore prononcées, il est essentiel que chacun d'entre nous aille voir les conseillers municipaux (pas uniquement le Maire) pour échanger et les convaincre. Ils ont tous reçu nos courriers d'information. Les avis sont discutés et votés en conseil municipal: chaque conseiller municipal compte. Le Collectif est en lien avec les mairies pour le suivi des avis: inutile des les contacter.

Communes CONTRE le projet (34):

Ne sont publiées ici que les infos officielles ou pour lesquelles le collectif a reçu une confirmation écrite (PV de délibération, courriel personnel, ...).

  • Albières : le conseil municipal s'est déclaré CONTRE avec une lettre envoyée à la CCRLCM le 26/07/2018.
  • Bouissele conseil municipal s'est déclaré CONTRE avec une lettre envoyée à la CCRLCM le 24/07/2018.
  • Boutenac : le conseil municipal, réuni le 17/07/2018, a voté CONTRE.
  • Camplong : le conseil municipal, réuni le 23/07/2018, a voté CONTRE: ConseilMunicipal_Camplong_230718.
  • Cascastel des Corbières : le conseil municipal, réuni le 25/08/2018, a voté CONTRE. Voir la délibération.
  • Conilhac : le conseil municipal, réuni le 30/07/2018, a voté CONTRE.
  • Coustouge : le conseil municipal du 30/07/2018, s'est prononcé CONTRE - Voir la délibération
  • Cruscades : le conseil municipal, réuni le 01/08/2018, a voté CONTRE.
  • Fabrezan : le conseil municipal, réuni le 23/07/2018, a voté CONTRE : Conseil_Municipal_Fabrezan_23072018.
  • Félines-Termenès : lors de la réunion extraordinaire du 30/07/2018, le conseil municipal s'est prononcé CONTRE - courriel du maire du 30/07
  • Ferrals : le conseil municipal, réuni le 12/07/2018, a voté à l'unanimité CONTRE l'installation de la centrale: ConseilMunicipal_Ferrals_120718
  • Fontcouverte : le conseil municipal, réuni le 26/07/2018, a voté CONTRE: Conseil_Municipal_Fontcouverte_26072018.
  • Homps: le conseil municipal s'est réuni le 02/08/18, a voté CONTRE (moins 2 abstentions) l'installation de la centrale: ConseilMunicipal_Homps_020818.
  • Lagrasse : le conseil municipal, réuni le 24/07/2018, a voté CONTRE.
  • Lairière: L'équipe municipale émet un avis DÉFAVORABLE. (courriel du 16 aout 2018)
  • Lanet : le conseil municipal, réuni le 27/07/2018, a voté CONTRE. Voir la délibération.
  • Laroque de Fa : Christine Astruc, maire et conseillère communautaire, se positionne CONTRE l’usine de “bitume” - courriel du 19/07.
  • Luc-sur-Orbieu : Le conseil municipal, réuni le 17/07/2018, a voté à l'unanimité CONTRE l'installation de la centrale. ConseilMunicipal_Luc_170718
  • Montjoi : la maire, Jessica Bosch est CONTRE le projet - courriel du 23/07.
  • Mouthoumet: pas de conseil municipal mais la majorité des conseillers municipaux sont CONTRE (mail reçu de la maire).
  • Ornaisons : le maire, Gilles Gasty s'est déclaré CONTRE - courriel du 17/07.
  • Paraza : le conseil municipal, réuni le 30/07/2018 a voté CONTRE - voir la délibération
  • Quintillan : le conseil municipal, réuni le 29/07/2018, a voté CONTRE - voir la délibération.
  • Ribaute - le conseil municipal, réuni le 01/08/2018, a voté une motion CONTRE - voir la délibération.
  • Rocquecourbe-MinervoisLa maire a consulté par email tous les élus de sa commune. "A la majorité les membres du Conseil Municipal se sont prononcés CONTRE ce projet d'installation - courriel reçu le 3/08/2018
  • Saint Laurent de la Cabrerisse : le conseil municipal, réuni le 1/08/2018, a voté CONTRE.
  • Saint Pierre des Champs : le conseil municipal a voté CONTRE. Voir la motion.
  • Salza : le conseil municipal, réuni le 31/07/2018, a voté CONTRE - Courrier envoyé à la CCRLCM
  • Talairan: le conseil municipal réuni le 23/07/2018, a adopté à l'unanimité moins une abstention, une motion CONTRE  - motion_CM_Talairan
  • Termes :  le conseil municipal réuni le 08/08/2018 s'est prononcé CONTRE - ConseilMunicipal_Termes_08018.
  • Thézan : Le conseil municipal, réuni le 16/07/2018, a voté à l'unanimité CONTRE l'installation de la centrale : Délibération_Conseil_Thézan_160718
  • Tournissan: Le conseil municipal réuni le 01/08/2018 a voté CONTRE à l'unanimité moins une abstention. Voir la motion
  • Tourouzelle : son maire, Brice Rufas, vice président de la CCRLCM et président du pays touristique Corbières Minervois est CONTRE - courriel au commissaire enquêteur.
  • Villerouge-Termenès : Le conseil municipal, réuni le 16/07/2018, a voté CONTRE l'installation de la centrale : Délibération_Conseil_Villerouge_160718
Commune POUR le projet (1):
  • Lézignan-Corbières : le conseil municipal, réuni le 10/07/2018, s'est prononcé à la quasi unanimité POUR l'installation de la centrale (27 voix pour, 1 contre et 2 abstentions) : compte-rendu (aller à la page 18)
    Marie Hélène Bonnevie, Didier Granat et Alexandre Capelle, élus au conseil communautaire, ont déclaré leur opposition au projet de centrale - courriel du 21/07.
Communes qui ne se sont pas encore positionnées officiellement (12):
  • Auriac
  • Canet d'Aude
  • Castelnau d'Aude
  • Davejean
  • Dernacueillette
  • Escales
  • Jonquières (conseil municipal prévu le 23/08/18).
  • Montbrun des Corbières (conseil municipal prévu fin août pour délibérer sur le sujet).
  • Montséret
  • Palairac
  • Saint Couat d'Aude (conseil municipal prévu en septembre)
  • Saint Martin des Puits
Communes qui s'abstiennent ou qui ne veulent pas se prononcer (7):
  • Albas: La position du conseil municipal d’Albas réuni le 2/08, est "pas de position”.
  • Argens-Minervois : le maire ne veut pas se prononcer.
  • Massac
  • Moux : le maire attend le rapport du commissaire enquêteur pour se prononcer.
  • Roubia : le maire ne souhaite pas délibérer sur un sujet ne concernant pas la commune.
  • Saint André de Roquelongue: Le conseil municipal a décidé de ne pas se prononcer (Indépendant du 05/09/18: "Enfin, le maire (régulièrement sollicité) sur le projet de l’usine à bitume (entreprise Colas) a demandé aux élus s’ils souhaitaient émettre un avis. Après débat, le conseil a décidé de ne pas se prononcer.) Myriam Miquel, conseillère communautaire, est “totalement opposée a ce projet” - courriel du 24/07.
  • Vignevieille : le conseil municipal s'est prononcé: 6 abstentions, 2 contre, 1 pour: ConseilMunicipal_Vignevieille
Interventions "extérieures" :
  • Danièle Hérin, députée de la 1ère circonscription de l'Aude, dans une lettre au préfet, considère que le site choisi n'est pas adéquat à l'implantation d'un tel projet: lettre_DanièleHérin.
  • Michel Maïque, maire de Lézignan et président de la communauté de communes, dit "je ne signerai pas la vente de la parcelle à l'entreprise Colas Méditerranée. Je n'ai  pas changé d'avis, mais je prends cette décision pour la sérénité du territoire."article_la parole au maire Michel Maïque
  • André Viola, président de Conseil départemental de l'Aude, est DÉFAVORABLE à l'autorisation d'exploiter de l'usine Colas, et indique que les conseillers départementaux voteront CONTRE cette implantation lors du CODERST: élus départementaux contre_AndréViola
  • Gérard Barthez, maire de Ferrals, écrit au ministre Nicolas Hulot: lettre_Barthez_Hulot
  • Éric Andrieu, député européen, écrit au préfet: "A la lecture des documents qui ont été portés à ma connaissance, et des impacts constatés sur l'environnement et la santé humaine par des usines similaires sur d'autres sites en France, je crois sincèrement qu'il serait hasardeux, voire irresponsable pour l'avenir du territoire, d'autoriser l'exploitation de cette usine de production de bitume au cœur d'une zone viticole protégée." Lettre ici: courrier_EricAndrieu_prefet
  • Hervé Baro, conseiller départemental et premier vice-président du département de l'Aude, avec Isabelle Géa se positionnent contre le projet. Voir leur lettre.
  • Isabelle GEA, Maire de Fabrezan et conseillère départementale de l'Aude, est intervenue lors du conseil communautaire du mercredi 11 juillet en positionnant les communes de Fabrezan, Ferrals et Fontcouverte CONTRE le projet. Cette intervention d'Isabelle GEA ici: communication_IsabelleGEA_1107 , disponible aussi sur le site de la mairie de Fabrezan: https://fabrezan.fr/informations-municipales/
  • Jean Lassalle, député, a écrit une question au gouvernement (au ministère de la transition écologique et solidaire): question_gvt_24072018
  • Sébastien Pla, conseiller régional, président de la commission économie touristique et thermalisme, maire de Duilhac-sous-Peyrepertuse, a écrit au préfet pour lui faire part de son inquiètude quant à ce projet. Voir sa lettre.

Position du monde viticole

  • La directrice de l'INAO (Institut National de l'Origine et de la Qualité) émet un avis défavorable à l'encontre du projet de centrale.
  • La chambre d'agriculture de l'Aude est défavorable à l'installation de la centrale.
  • Le CIVL (Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc) donne un avis défavorable.
  • La Coop de France donne un avis défavorable.
  • Les vignerons de Ferrals et des environs sont contre l'installation de la centrale d'enrobage.
  • Le Syndicat des Vignerons de l'Aude donne un avis défavorable.
  • L'AOC Corbières et l'AOC Corbières-Boutenac donnent un avis défavorable.
  • La fédération des vignerons indépendants a émis un avis défavorable. Voir les lettres adressées par Jean-Marie Fabre, président de la fédération à messieurs André Viola, président du conseil départemental et Alain Thirion, préfet de l'Aude.
Tous ces documents en téléchargement ici: position_monde_viticole.

Rapports d'expert⋅e⋅s

Vous pouvez consulter, télécharger ici différents rapports remettant en cause le projet d'implantation de la centrale :

Témoignages d'ici et d'ailleurs...

  • Commentaire d'un habitant de Thuir (à l'article paru dans l'Indépendant: independant_190818_Les raisons pour lesquelles Maïque a dit oui): J'habite à Thuir où Colas possède depuis longtemps une usine à enrobé. Je promets aux futurs riverains de l'usine de Ferrals des odeurs de goudrons quasi permanentes, des cuves de produits chimiques qui s'enflamment, des réserves de produits dangereux entreposés sans protection ... Bon courage. Je suppose que Mr le maire de Lezignan n'habite pas dans le coin ?
  • Article et vidéo de France info Pays de la Loire sur la centrale d’enrobage de Joué-en-Charnie (Sarthe): franceinfo_centrale_Joué . extraits: "ça pue, c'est même pas l'odeur elle est forte, ça schlingue... On peut même pas rester dehors, [..] prendre un café dehors"; Au niveau des camions, [il faudrait] qu'ils arrivent moins vite". Au sujet de l'inquiétude sur la pollution engendrée par l'usine: "On aimerait que nous, riverains, on puisse décider de quand le contrôle va être effectué. Parce qu'évidemment, si on contrôle l'usine un jour où elle ne produit pas..."

L'enquête publique et après ?

Ce projet a été soumis à enquête publique (du 18 juin au 18 juillet 2018), phase pendant laquelle un commissaire enquêteur, Michel NUTTIN, désigné par le président du tribunal administratif de Montpellier,  a recueilli l'avis de la population et des municipalités. La population pouvait rencontrer le commissaire enquêteur lors de réunions publiques mais aussi envoyer son avis par courriel via une adresse dédiée créée à cet effet par la préfecture.
 

Le 06 août 2018, Mr le commissaire enquêteur a rendu un avis DÉFAVORABLE et sans réserves sur la demande d'autorisation permanente d'exploiter une centrale d'enrobés à chaud (dernière page du rapport).

En effet, il considère que le dossier n'a "pas mesuré la réaction des viticulteurs ,et que ceux-ci vont être mobilisés par leurs syndicats et administration respectives pour se battre contre ce projet, et que l'attitude des viticulteurs ne pourra être contenu que si le projet est abandonné".

--> C'est pour cela qu'il faut rester mobilisés, et montrer au préfet  que nous ne lâcherons pas tant que le projet ne sera pas abandonné!

Le Préfet devrait se prononcer fin septembre début/octobre en s'appuyant sur le rapport émis par le commissaire enquêteur et après avoir consulté le CODERST (Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires). Voir la composition du CODERST.

Simultanément au fait de montrer au préfet que nous ne lâcherons pas, iI faut convaincre les différents membres du CODERST de donner un avis défavorable à la centrale. Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés et compétences.

Si vous pouvez joindre un(e) ou plusieurs membres du CODERST, faites-le nous savoir (mail, facebook...voir rubrique "Nous contacter")

Nous tenons à remercier tous ceux et toutes celles qui ont pris le temps de participer à cette enquête en donnant leur avis !

Vous pouvez retrouver les courriels envoyés au commissaire enquêteur (à l'heure actuelle il y en a 324 de recensés) sur cette page de la préfecture dans la partie "Observations du public" : http://www.aude.gouv.fr/unite-d-enrobage-a-chaud-bitume-colas-midi-a10283.html

Et moi, qu'est-ce que je peux faire?

Toutes les actions sont utiles. Dans le respect de l'autre et de la loi, en tant que "simples" citoyen⋅nes, nous pouvons agir à notre niveau pour informer un maximum de personnes autour de nous et essayer de les convaincre. Une mobilisation d'ampleur, appuyée par les travaux et études relayés par le collectif, contribuera à l'abandon de ce projet. Voici une liste non exhaustive d'actions possibles :

  • Parler autour de nous de ce projet et du collectif (notamment de ce site pour avoir accés à toutes les infos) : famille, ami⋅e⋅s, collègues, voisin⋅e⋅s, ...
  • Mettre des affiches (voir la partie "Documents" pour pouvoir se les imprimer) sur nos maisons, nos voitures, ... pour interpeller et donner de la visibilité à notre mouvement. Points de retrait des affiches :
    • Conilhac, galerie "l'Art dans le ruisseau", 6 rue des Vignes, permanence de 15h à 19h
    • Fabrezan au bureau de tabac
    • Ferrals au magasin Future-Tech (9h-12h /14h-18h ou appeler Olivier au 06 80 07 84 38)
    • Lézignan au magasin BoisÉcoMatériAude (entre Calvet et Pellenc)
    • autres adresses à venir...
  • Déambuler dans le marché de Lézignan le mercredi matin en tenue de protestation (masques respiratoires, affiches ou affichettes sur les T-shirts, les chapeaux...) pour faire signer la pétition, discuter, informer.
  • Lorsqu'on rencontre un⋅e élu⋅e, ne pas hésitez à lui faire part de notre inquiétude. On peut aussi lui écrire.
  • Continuer à faire signer la pétition (téléchargeable ici).
  • Faire le tour des communes de la CCRLCM pour informer les habitants de ce projet.

Vous voulez profiter d'un évènement de la région pour distribuer des flyers, coller des affiches, discuter avec la population? Inscrivez-vous ici pour ne pas être seul.e: https://framadate.org/ZQkKtRPRIOhMHcN4.

Vous voulez aller dans un village qui n'a pas encore pris position pour convaincre la population, afficher, distribuer les flyers? Inscrivez-vous sur: https://lite.framacalc.org/nonbitume_communes_affichage_petition

Et en plus, on n'est pas obligé⋅e d'être tout⋅e seul⋅e. C'est plus sympa quand on se met à plusieurs ;-)

Pétition

23 août:depuis la fin de l’enquête publique au 18 juillet 2018, le collectif contre l’usine de bitume a collecté 3153 signatures contre le projet d’implantation de la centrale .

Ces signatures s’ajoutent au 2654 données à la fin de l’enquête publique.

Soit 5807 signatures papier.

Par ailleurs la pétition sur change.org, recueille à ce jour:

6168 signatures internet.

Cette synthèse ainsi que toutes les pétitions papier ont été remises au sous-préfet lors de la rencontre avec la délégation le 23 août 2018.


Dites "non" à l'installation de la centrale: signez la pétition !

- sur internet: https://www.change.org/p/ferrals-pas-de-centrale-%C3%A0-bitume-sur-ferrals-les-corbi%C3%A8res-et-l%C3%A9zignan-corbi%C3%A8res

- sur support papier dans différents endroits : Ferrals (tabac, chez Bembe, Reine coiffure, épicerie, boulangerie), Lézignan (boucherie Bertrand face à Intermarché, poissonnerie Sauzède, parfumerie Beauty Succes, Biocoop, Comptoir des producteurs, BoisEcoMateriAude), Luc-sur-Orbieu (épicerie et pharmacie), Boutenac (Vival), Fontcouverte (poste, mairie), Fabrezan (tabac).

- télécharger la pétition papier au format .pdf pour l'imprimer et la faire signer.

Vous avez fait signer des pétitions ?

Il faut rapporter les originaux au collectif (mettre dans la boite aux lettres du 22, avenue de la mer à Ferrals) afin que nous puissions les rassembler et les compter. Si c'est possible, en faire une copie que conservera le collectif ; si ce n'est pas possible, le collectif s'en chargera. Merci pour votre aide !!

Écrivez-nous à collectif.contre.usine.bitume2@lilo.org pour que l'on vous dise où les déposer.

Documents à télécharger

Le dossier déposé par Colas 

La pétition à imprimer :

Des affiches (une fois que vous aurez cliqué sur le lien, vous pourrez télécharger le fichier ; en format A5 il y a 2 exemplaires par page) :

N'hésitez pas à mettre ces affiches sur les fenêtres ou portes des maisons, sur les fenêtres des voitures....

Les flyers et les grandes affiches jaunes "Non à l'usine de bitume" sont disponibles à Ferrals (magasin Future-tech: 9h-12h; 14h-18h; si absent, appeler Olivier au 06 80 07 84 38), à Fabrezan (tabac), à Conilhac (Galerie "L'Art dans le ruisseau" de 15h à 19h) et à Lézignan (magasin BoisÉcoMatériAude -entre Calvet et Pellenc-).

Compte-rendus :

On en parle

Vous trouverez ci-dessous des liens vers des sites en lien avec ce projet :

Dans la presse locale :
Documents officiels :

Autres liens :

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Vous voulez être informé⋅e⋅s rapidement sur l'avancée du projet et les actions du collectif ?

Pour recevoir les dernières nouvelles par courriel, abonnez-vous à la liste "nonusinebitume@framalistes.org", en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Pour nous contacter

En cas de besoin ou pour nous faire part de vos remarques, informations utiles, vous pouvez nous contacter via notre adresse de courriel ci-dessous :

collectif.contre.usine.bitume2@lilo.org

Par contre, si vous voulez avoir les dernières infos du collectif, nous vous invitons plutôt à vous inscrire sur notre liste de diffusion à l'adresse ci-dessous :

https://framalistes.org/sympa/subscribe/nonusinebitume

Si vous voulez consulter les archives de notre liste de diffusion c'est ici : https://framalistes.org/sympa/arc/nonusinebitume

arrow_upward